Analyse des conditions de travail au sein des entreprises asiatiques

Submitted by admin on Sun, 06/30/2019 - 18:34
report_cover

La République Démocratique du Congo, plus précisément la province du Katanga, a toujours été caractérisée par ses gisements fabuleusement riches et par une industrie minière très florissante.
Durant la période coloniale, la politique minière de la RDC était axée essentiellement sur la recherche et sur l’exploitation dans la colonie des minerais pour satisfaire les besoins des industries de la métropole qui était la Belgique. C’est ainsi qu’on va assister à la création de l’union minière du haut Katanga.

Après l’indépendance et la nationalisation de l’union minière du haut Katanga devenue Gécamines, les richesses du secteur minier vont constituer la plus grande part du budget de l’état et vont servir surtout à l’enrichissement rapide d’une certaine oligarchie politique.

C’est à partir de 1990, que la plus grande entreprises publique du pays la Gécamines « véritable vache à lait » du régime avait été fragilisée. « Elle ne peut maintenir le volume de ses contributions à l’Etat (et au service de la présidence), la banque mondiale souhaite une privatisation, mais le gouvernement s’y oppose, et privé des revenus miniers, il fait marcher la planche à billets, alimentant l’hyper inflation. En 1993, la cessation des activités de la Gécamines (une grande galerie de la mines souterraines s’effondre) met fin aux exportations de cuivre, mais la baisse rapide de la production avait commencé dès 1989 »1.

La faillite de la société découle en grande partie de l’attitude prédatrice des gouvernants, En lieu et place d’une véritable gestion. Ce qui a entrainé la déliquescence des infrastructures (fermeture de la voie nationale).
En vue d’accroître et de relancer la production minière, la croissance économique durable, créer de l’emploi, et assurer le développement de l’ensemble du pays par effet d’entrainement, le gouvernement de la RDC avait pris la décision de libéraliser le secteur minier en l’ouvrant aux capitaux privés.

Pour ce faire, le code minier qui offrait un cadre juridique incitatif, sécurisant et compétitif capable de favoriser la réhabilitation et le développement du secteur minier, a été promulgué. Dès lors, Le secteur minier a été envahi par des nouveaux investisseurs étrangers (chinois, indiens …) qui visiblement viennent pour un seul but : s’enrichir à moindre cout, le plus rapidement possible dans ce paradis et jungle minier qui est la province du Katanga au détriment du bien-être social de la population et de l’environnement.
Un grand nombre des services et avantages, autrefois assurés par la Gécamines, tels que les soins de santé, l’éducation, et le logement sont abandonnés et dans bien des cas, les nouveaux investisseurs ne répondent plus à ces besoins.

Télécharger le rapport